LE CONTEXTE RÉGLEMENTAIRE

QUALITÉ ET ÉVALUATION

LE SCHÉMA DÉPARTEMENTAL DE L’ENFANCE ET DE LA FAMILLE

Le schéma départemental de l’enfance et de la famille 2009/2013 affirme les dispositions de la loi réformant la protection de l’enfance et les principes fondateurs de la convention internationale des droits de l’enfant.

  • Article L112-4 du code de l’action sociale et des familles :“L’intérêt de l’enfant, la prise en compte de ses besoins fondamentaux, physiques, intellectuels, sociaux et affectifs, ainsi que le respect de ses droits doivent guider toutes les décisions le concernant”. “Aider les parents à assumer leur mission de protection de leur(s) enfant(s) plutôt que de se substituer à eux, devient la priorité des actions à mener auprès des familles. Il s’agit donc de rechercher tous les moyens de conforter et renforcer les parents dans leur rôle, ce qui est la mission principale de la prévention”.

La prévention devient l’idée force du dispositif de protection de l’enfance.

“Favoriser les conditions d’épanouissement de l’enfant et de sa famille dans leur environnement naturel” est l’orientation qui répond au plus près aux directives de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant, car elle allie au bénéfice de celui-ci, le respect de ses droits et de son intérêt mais également ceux de ses parents. Développer les moyens d’y parvenir relève des actions de prévention et de la promotion de la “bientraitance” dans leur mise en œuvre.

Plus qu’une règle, la “bientraitance” est une attitude (des parents ou proches ou tuteurs, du personnel d’encadrement d’une structure à vocation médicale, sociale ou psychosociale) qui, au-delà d’actes matériels ou affectifs, inclut à l’égard d’un individu ou d’un groupe :

  • Le respect de la personne dans sa dignité, sa singularité, ses besoins physiques et affectifs, ses rythmes et de son histoire (y compris carences affectives, blessures narcissiques, traumatisme de viol,…) ;
  • Une volonté et des actes créant et entretenant un environnement et des conditions de vie favorisant le bien-être et l’enrichissement de la personne, notamment en favorisant et sollicitant respectueusement et régulièrement la participation, l’expression des souhaits des usagers ;
  • La valorisation de l’expression et de l’autonomisation des personnes ou groupes concernés ;
  • Une attention portée au refus et à la non-adhésion de l’interlocuteur considéré ou du groupe considéré ;
  • Une attention portée à la sécurité et au sentiment de sécurité de l’autre, à sa santé physique et morale, ce qui implique d’intervenir en cas de violence.

Pour que cette démarche de “bientraitance” puisse être au cœur des actions de prévention, elle requiert un soutien aux professionnels.

Par ses missions, le Centre d’Accueil Parents-Enfants s’inscrit dans la prévention. La finalité de notre action vise la prise en compte de l’intérêt supérieur de l’enfant dans le respect de ses droits : Par des actions :

  • D’accompagnements et de soutien à la parentalité ;
  • De définition et mise en œuvre de projets personnalisés pour la famille et l’enfant ;
  • De mise en œuvre d’une démarche de bientraitance auprès de l’enfant et de sa famille ;
  • D’accompagnements pour permettre aux parents d’accéder à une certaine autonomie et d’assurer leurs missions de protection de leur(s) enfant(s) (insertion sociale et professionnelle) ;
  • D’observation et d’évaluation des relations parents-enfants.

La prise en charge du Centre parents-enfants relève d’une mesure administrative qui permet de maintenir l’enfant auprès de ses parents.

L’ENVIRONNEMENT ET LE PARTENARIAT

Pendant le séjour, la coordination avec les partenaires extérieurs est un temps fort de l’accompagnement. Ce partenariat s’inscrit dans une obligation légale avec les interlocuteurs du Conseil général. Le travail de liaison avec les travailleurs sociaux reste important. Il permet de ponctuer le séjour et de suivre l’évolution et une mise en œuvre du projet de la personne. Celle-ci est toujours associée à ses bilans et y participe de façon active.

Le partenariat d’action est développé avec tous les acteurs choisis apportant à l’établissement expertise et complémentarité. En fonction des partenaires, l’établissement a formalisé des procédures de fonctionnement partagées ou réalisées à l’interne. Le partenariat élaboré, permet ainsi d’assurer un accompagnement pertinent et d’apprendre aux personnes à trouver les ressources nécessaires à leur situation dans l’environnement extérieur.

L’ouverture de l’établissement vers l’extérieur est sans cesse à développer.

Points forts

  • Formalisation du partenariat avec plusieurs structures et associations.
  • Partenariat bien établi.
  • Ouverture de l’établissement aux partenaires extérieurs.

Points à améliorer

  • Procédures de fonctionnement à développer.
  • Bénévolat à développer.

Axes d’amélioration du rapport d’évaluation interne à poursuivre

  • Développer le partenariat.
  • Favoriser la rencontre des résidants avec les professionnels d’autres structures.

LA CULTURE ASSOCIATIVE

LES ORIENTATION DE LA SOCIÉTÉ PHILANTHROPIQUE ET IMPACTS SUR L’ÉTABLISSEMENT

En 2007, la Société Philanthropique a voté un projet associatif qui définit les 9 objectifs et les programmes d’actions à mener d’ici 2020, en cohérence avec sa vision stratégique : “Être toujours présent dans l’action sociale et médico-sociale, en développant nos activités dans les établissements actuels et de nouveaux établissements, avec des administrateurs et des professionnels porteurs des valeurs fondatrices”.

Tous les établissements participent à la mise en œuvre de ce projet associatif qui chaque année, fait l’objet d’un bilan présenté à l’Assemblée Générale de juin.